Thursday, September 3, 2009

Choisir une photo / Choosing a photograph


Les tirages des photographies de von Gloeden étaient faits sur commande, d'après des planches catalogues où les clichés originaux étaient numérotés, comme les modèles. On imagine les visiteurs de Taormina, célèbres ou anonymes, feuilletant ces planches et laissant glisser leur regard de paysages en scènes de genre, de nus en visages, de groupes en modèles isolés. Pourquoi s'arrêtaient-ils sur telle ou telle photo ? Quelles harmoniques éveillaient en eux ce visage, cette expression, la ligne de fuite de l'horizon ou la courbure d'une hanche retenant un paréo ? Quelle était la musique singulière de ces photos déplaçant le désir et son objet dans la fiction d'une Arcadie où l'alibi artistique et temporel permettait d'exprimer ce que les sociétés d'Europe du nord ne pouvaient pas encore admettre ?

Ces visiteurs du nord achetaient une, dix, vingt photos qu'il rapportaient dans leurs pays, gardaient dans leur collection personnelle, dans des albums ou exposés dans des cadres. Ils gardaient avec eux un peu du soleil sicilien, de la jeunesse et l'innocence de ces ragazzi aux charmes adolescents, une trace de ce monde idyllique où les beautés masculines pouvaient s'offrir au regard avec pudeur et sans vulgarité.  Les photos de von Gloeden donnaient plus à imaginer qu'elles ne donnaient à voir. Elles laissaient le spectateur entrer dans un monde onirique, où les jeunes modèles étaient à la fois si proches et si lointains, sur l'image et dans l'imaginaire...


Original prints of von Gloeden's photographs could be ordered from a catalogue, where miniature pics were numbered, as the models. One can imagine visitors in Taormina, famous or anonymous, browsing the catalogue and allowing their gaze to wander from landscapes to scenes de genre, from nude bodies to faces, from groups to single models. Why did they focus on a precise photograph ? What kind of harmonics did they hear while looking at a boy's face expression, at the horizon in the background, at the curve of an ankle holding a linen cloth ? What was the unique music of these photos where desire and its objects were moved into a fictional Arcadia, whose remoteness, artistic as well as temporal, allowed gay men to express what the societies of Northern Europe were not yet ready to accept.. ?


These visitors from Northern Europe were buying one, ten, twenty photographs from Gloeden and they were bringing them back to their countries, they kept them in their private collection, in elegant photobooks or exposed on the wall. Thanks to these photographs, these men kept in their heart and their memory a part of the sun of Sicilia, of the youth and innocence of these ragazzi, with their charm of teen boys; they kept a visual and a material record of this world where young male beauties could be seen with a sense of decency and without vulgarity.

Von Gloeden's photographs offered more food to the imagination than to the gaze.

They invited the viewer to enter a dreamy world, where the young models were at the same time so close and so far away, on the surface of the picture and in the remote parts of imagination...

3 comments:

Hermes Trismeg said...

Thank you for your beautiful presentation.

José Miguel said...

Gracias, muchas gracias…
Hoy he descubierto su blog (¿coincidencia?) justo cuando estoy a punto de recibir una fotografía original de Von Gloeden, adquirida a la galería Au Bonheur du Jour.
Hasta el momento solo había coleccionado las imágenes insertadas en diferentes blogs y páginas web, así como catálogos de exposiciones realizadas fuera de mi país.
Mi agradecimiento está dirigido a la espléndida forma con que ha sabido presentar el trabajo del Baron, extrayendo toda la poesía, los sueños y la nostalgia de un irreal tiempo perdido de belleza e inocencia.

Merci, merci beaucoup…
Aujourd'hui j'ai découvert son blog (une coïncidence ?) juste quand je suis sur le point de recevoir une photographie originale de Von Gloeden, acquise à la galerie Au Bonheur du Jour.
Jusqu'à présent j'avais seulement collectionné les images insérées dans différents blogs et les pages Web, ainsi que des catalogues d'expositions réalisées à l'étranger.
Ma reconnaissance est dirigée à la forme splendide avec laquelle vous avez su présenter le travail du Baron, en extrayant toute la poésie, les rêves et la nostalgie du temps irréel, perdu, de beauté et d'innocence.

José Miguel

Butterfly said...

Cher José Miguel,

Muchos Gracias !
Tous mes remerciements pour votre très gentil message ! Je suis très heureux que ma fascination pour von Gloeden soit partagée !!

Connaissez-vous le nouveau blog de la Galerie "Le Bonheur du Jour" ?

http://galerieaubonheurdujour.blogspot.com/

Amitiés !